RĂ©vocation du don au conjoint si l'enfant est encore en vie

La décision de la Cour de cassation n. 2106/2019 a considéré que la révocation du don fait à l'ex-conjoint était éligible pour un enfant.

RĂ©vocation du don au conjoint si l'enfant est encore en vie

RĂ©vocation du don

Loi sur les dons

Un instrument souvent utilisé pour transférer des actifs, en particulier entre des personnes du même famille (compris au sens large), est celui de don.
C'est un acte qui est en effet bien connu, mĂŞme parmi les non professionnels.
Tout le monde sait que cet instrument, résolvant apparemment de nombreux problèmes, cache souvent pièges.
Les problèmes les plus connus sont liés à successionOn sait en effet qu'un don peut faire l'objet d'une réduction si sa valeur dépasse le quota disponible pour le défunt (voir articles 555 et suivants du Code civil).
Moins connus sont les problèmes évoqués dans cet article concernant la enfants survivants, essentiellement représentée par la possibilité de révocation du don. La règle concerne qui il n'a pas euou il a ignoré avoir des enfants au moment où il a fait le don.
Dans le concept de occurrence le texte de loi inclut expressément la naissance ou même la découverte d'un enfant ou de descendants (enfants d'enfants ou même d'enfants d'enfants, etc., voir articles 74 et suivants du code civil); la révocation est également possible en cas de reconnaissance de l'enfant, à moins que cela ne prouve qu'au moment du don, le donneur était au courant de l'existence de l'enfant.
La révocation peut également être demandée même si l'enfant était déjà imaginé au moment du don.
La révocation dont nous parlons est fournie parart. 803 c.c., consacrée à la révocation de la donation due aux enfants survivants, qui a fait l’objet de diverses interventions: en résumé, la Cour constitutionnelle, avec la sentence no. 250/2000 établi que la différence de traitement alors envisagée entre enfants naturels (par exemple, enfants naturels la reconnaissance devait avoir lieu dans les deux ans suivant le don, contrairement aux enfants légitimes et aux descendants), elle était inconstitutionnelle car elle ne respectait pas les articles. 30 et 3 de la Constitution; de plus, en 2013 (Décret législatif 154/2013) l'art. 803 c.c. il a été remplacé précisément en éliminant la différence entre enfants naturels et enfants légitimes; mais déjà en 2012 le L. 219/2012 avait remplacé, dans le code civil, les mots: enfants légitimes et enfants naturels, où qu’ils se produisent, le mot fils.
La règle a également été considérée comme applicable auxadoption (voir Cour de justice 250/2000), mais pas pour l'adoption d'adultes (cassation 6761/2012).
Bien que la révocation ait été exclue en cas de conscience avoir d'autres enfants ou descendants au moment du don (Cass. 5345/2017).

Révocation du don pour la survie d'un enfant, législation

Nous mentionnons quelques allusions à la discipline de la révocation du don, contenue dans le Articles. 800 et ss. cc.
la révocation du don peut avoir lieu pour ingratitude ou pour la survie d'un enfanthypothèse, celle-ci, que nous traitons ici, en laissant de côté les références normatives (souvent communes) à la révocation par l'ingratitude.
Dans l'esprit de l'art. 804 c.c.,

la révocation pour les enfants survivants doit être proposée dans les cinq ans suivant le jour de la naissance du dernier enfant né dans le mariage ou le descendant, ou la nouvelle de l'existence de l'enfant ou du descendant, ou la reconnaissance de l'enfant né hors mariage.
Le donneur ne peut ni proposer ni continuer l'action après le décès de l'enfant ou du descendant art. 804 c.c.

Conformément à l'art. 805 du Code civil, les dons à la rémunération, c'est-à-dire ceux faits, ne peuvent être révoqués

pour la reconnaissance ou en considération des mérites du donateur ou pour une rémunération spéciale en vertu de l'art. 770, co.1, c.c.

et celles contractées concernant un mariage déterminé, prévues à l'art. 785 c.c.
En outre, la renonciation préventive à la révocation du don n'est pas valable pour les enfants survivants (article 806 du code civil).

Survie d'un enfant

L’aspect important, pour ceux qui ont reçu le don alors révoqué, concerne la effets de la révocation: une fois le don annulé, celui qui en était le bénéficiaire est en fait obligé de retour les biens, s'ils existent encore, et les fruits à compter du jour de la demande.
Si les marchandises étaient aliénée à d'autres, il doit être retourné le valeur et les fruits (voir article 807 du code civil).
Au contraire, je troisième qui ont acheté des droits avant la requête, sans préjudice des effets de la transcription de la requête sur les registres de la propriété.
Bien que, si le bénéficiaire du don (également appelé donateur), avant la transcription de la demande en révocation, ait établi sur les avoirs donnés des droits réels qui réduisent la valeur, indemniser le donateur de la perte de valeur subie par les biens eux-mêmes "(voir article 808 du code civil).
Les règles se terminent par une disposition (voir article 809 du code civil) qui étend la législation en question (en plus de celle relative à la réduction des dons destinée à compléter le quota en raison des légitimations prévues aux articles 555 et suivants du code civil) également aux actes des dons autres que des dons (sauf dans les cas visés dans les dons faits

à l'occasion de services rendus ou autrement conformément aux utilisations visées à l'art. 770, co.2, c.c.

et à ceux qui ne sont pas soumis à la collation (indiqué à l'article 742 du code civil).
À propos de collation, c’est une brève description de la contribution que les enfants et leurs descendants et le conjoint qui contribue à la succession doivent verser aux cohéritiers de

tout ce qu'ils ont reçu du défunt en vue d'un don, directement ou indirectement (article 737, co.1, c.c.).

Survie d'un enfant et révocation du don fait au conjoint

On pourrait être amené à penser que la révocation ne s'applique pas dans le cas où le premier bénéficiaire est le conjoint.
la Cour de cassation avec la phrase n. 2106 la 29 janvier 2018 il a Ă©tabli non.
En statuant sur un jugement concernant la révocation de la donation d'un bien à l'ex-conjoint à la suite de la naissance d'un enfant d'un deuxième mariage, la Cour a réitéré un principe: les deux relations, celle avec le conjoint et celle avec le les enfants n’ont pas la même force, ils n’ont donc pas la même protection.
La Cour a Ă©tabli que l'art. 803 c.c.

vise expressément à favoriser les descendants du donneur, à condition qu'ils ne soient pas encore nés ou que leur existence soit inconnue du parent (Cassation 2106/2018).

Le principe constitutionnel de égalité, car il n’ya pas d’égalité entre les deux relations.

Famille avec enfants


Dans le cas décidé par la phrase no. 2106, en effet, la requérante avait affirmé que l'arrêt attaqué, qui n'excluait pas la révocabilité de la donation faite au conjoint en cas de survenance d'un enfant, contrastait avec le principe d'égalité énoncé à l'art. 3 de la Constitution sur la base du principe établi par la même Cour avec la phrase no. 1112 de 1965 en ce qui concerne les dons faits aux enfants naturels: dans ce cas, l'irrévocabilité des dons établis au profit des enfants naturels reconnus a été établie.
Mais, explique la Cour, les enfants naturels et leur conjoint ne sont pas du tout au mĂŞme niveau.
La même phrase de 1965, en excluant la révocation des dons faits aux enfants, contraste avec les dons faits aux enfants. étrangers, destiné à ceux qui ne sont pas liés par un lien dans le contexte de ceux qui ne sont pas descendants.
Dans le procès de 2018, l'élément détecté par le requérant, pour lequel la conclusion de la peine d'appel

différencierait la position des sujets qui constituent le noyau familial fondamental (dans ce cas, épouse et descendants) (Cassation 2106/2018)

il n'est donc pas partagé par la Cour. Les deux rapports ne sont pas au même niveau.
En fait, explique la Cour:

la situation du conjoint et celle de l'enfant ne sont pas tout à fait comparables, bien que les deux soient des éléments du groupe familial, considérant que le lien entre parent et descendant est l'expression d'un rapport juridique direct ne devant pas être moindre, alors que le lien entre les époux a de nature différente et est susceptible de changer au cours de leur vie (Cassation 2106/2018).

En gros, les maris et les épouses qui reçoivent aujourd’hui en donation une propriété de votre moitié savent que vous devrez peut-être revenir demain, alors prenez-en soin et ne gaspillez aucun revenu, vous ne le saurez jamais!
Comme on peut le constater, il s’agit d’un sujet complexe dans lequel il est nécessaire de faire appel à des consultants experts pour la solution du cas spécifique.



Vidéo: