Adaptabilité d'un bâtiment à la suppression des barrières architecturales

L'adaptabilité des bâtiments offre la possibilité, à travers des interventions modestes, de rendre les espaces intérieurs accessibles également aux personnes à mobilité réduite.

Adaptabilité d'un bâtiment à la suppression des barrières architecturales

Réduction des barrières architecturales

Grâce à une plus grande sensibilité à la question et à l'adoption de lois et de règlements visant à protéger les personnes handicapées, les bâtiments ne sont plus un barrière insurmontable pour ceux, malheureusement, est le porteur d'un handicap physique temporaire ou permanent.

Élimination des barrières architecturales

Les lois de référence sont les n. 13 du 9 janvier 1989, Dispositions visant à faciliter la suppression et l'élimination des obstacles architecturaux dans les bâtiments privés et le Décret du ministre des travaux publics du 14 juin 1989, n. 236 contenant le Conditions techniques nécessaires pour garantir l'accessibilité, l'adaptabilité et la visitabilité des bâtiments privés et des logements publics, afin de surmonter et d'éliminer les barrières architecturales.
Ils contiennent tous les éléments, paramètres et exigences essentielles pour surmonter les obstacles architecturaux, subdivisés en fonction de l'usage auquel le bâtiment est destiné.
Dans cet article, nous analyserons, à travers un projet, comment il est possible d’adapter un bâtiment pour en garantir l’accès à tous.

Adaptabilité des bâtiments pour la suppression des barrières architecturales

L 'adaptabilité, l’une des trois conditions requises par la loi avec laaccessibilité et au visitabilité, est une sorte d’accessibilité différée et consiste en la possibilité de changer la structure propriété, sans interventions structurelles.
À l'article. 6 du D.M. n. 236/89 appelé Critères de conception pour l'adaptabilité il est précisé que les nouveaux bâtiments et leurs parties sont considérés comme adaptables lorsqu'ils sont adaptés aux besoins des personnes handicapées parexécution différée dans le temps et à faible coût des œuvres qui ne modifient ni la structure de support ni le réseau de systèmes communs, garantissant ainsi le respect de l'exigence d'accessibilité.
Même en cas de restructuration, il est nécessaire d'atteindre les objectifs décrits ci-dessus, dans le respect des contraintes environnementales, historiques et artistiques existantes.
En pratique, la conception d'un bâtiment doit être conduite en tenant compte de l'éventualité transformations futures, essentiel pour assurer l’accessibilité à tous les utilisateurs: il faudra donc penser, par exemple, à surmonter le niveau d’une marche, à connecter deux étages sans ascenseur, à permettre le passage dans des environnements ou à permettre l’utilisation de au moins une toilette.
Le tout sans apporter de modifications substantielles à la structure ou aux plantes.
Le projet que nous vous présentons a été conduit comme suit: les espaces intérieurs de la maison ont été conçus en fonction des besoins actuels du client, mais aussi en pensant à l’avenir, en respectant la législation en la matière et en assurant l’accessibilité aux personnes à mobilité réduite.

Projet de logements unifamiliaux avec mesures pour éliminer les obstacles architecturaux

Le projet en question concerne la rénovation d'une maison individuelle d'environ 140 mètres carrés, répartie sur deux niveaux: au rez-de-chaussée se trouvent le salon et la cuisine avec des toilettes et, du côté de la rue, le garage; au premier étage, dans un long couloir, il y a trois chambres à coucher, une salle de bain et une grande terrasse.
Les deux niveaux sont reliés par un escalier en béton armé avec un développement en forme de U.

Élimination des barrières architecturales


Le projet de restructuration concernait le surélévation du bâtiment pour la construction du nouvel espace de couchage, leextension du rez-de-chaussée et de lamodernisation des systèmes et des finitions.

Abattage de la barrière architecturale avec rampe

Le premier obstacle à surmonter est lié à la étape, 15 cm, présents à l’entrée de la maison: la petite différence de hauteur, nécessaire pour mieux isoler le sol de base et les murs périphériques de l’humidité, peut simplement être résolue en apposant un rampe en matériau antidérapant et avec pente maximale de 8%, de manière à garantir le dépassement de la différence de niveau de manière autonome.
Les espaces de rez-de-chaussée et les vestibules ont été dimensionnés pour garantir le passage d’un fauteuil roulant et, à de nombreux égards, son rotation complète à 360°.
Les couloirs ont une largeur minimale de 90 cm.
L’escalier est l’obstacle le plus difficile à surmonter, mais avec une conception correcte des rampes et de l’espace devant les rampes, il sera facile d’intervenir: sans recourir à des ascenseurs extérieurs, à une installation coûteuse et exigeante, vous pouvez installer un servoscala avec siège pour le transport d'une personne assise.
En vertu de la loi, leur installation, au lieu de l’ascenseur, doit dépasser les limites n’excédant pas 4,00 m (article 8.1.13).

Projet de suppression des barrières architecturales


Enfin je sanitaires: la conception d'une salle de bains à l'usage d'une personne handicapée implique une série de précautions et le respect de données dimensionnelles très précises, afin de garantir la réalisation des activités de soin du corps dans le confort et, si possible, de manière autonome.
Pour cette raison, par le simple déplacement de la cloison, la salle de bain du rez-de-chaussée est configurée pour permettre l’installation de toilettes avec combinaison latéral égal à 80 cm, un bidet, un douche au sol avec siège rabattable et un lavabo ergonomique, à l'usage d'un utilisateur de fauteuil roulant.
Dans la salle de bain, il est ainsi possible d'entrer, de bouger, d'approcher des éléments, dans un confort total.



Vidéo: